Comment les Hauts-de-France veulent développer le fret intermodal

Suite au partenariat national signé entre SNCF Réseau et VNF, un protocole régional décline les opérations visant à développer des trafics fret intermodaux.

« Cette synergie bénéficiera aux opérateurs logistiques et à leurs clients, grâce à la construction d’une offre commerciale concertée, s’appuyant sur des solutions adaptées de transport combiné rail/fluvial », indique SNCF Réseau et VNF dans un communiqué.

Le protocole fixe un cadre commun de réflexion et d’actions pour les deux prochaines années. Le travail va consister à identifier les complémentarités, à promouvoir l’offre, à proposer des solutions alternatives lors des travaux, à mettre en place un outil digital développant les interconnexions, à identifier les échanges fonciers possibles.

Axe Seine Escaut

Une équipe resserrée mettra en œuvre une démarche commerciale coordonnée, par un travail commun avec les chargeurs pour identifier les conditions d’émergence d’une offre répondant à leurs besoins. Enfin, VNF et SNCF Réseau bâtiront une approche commune sur les grands projets, autour de l’axe Seine-Escaut.

Aujourd’hui, la part modale du fret ferroviaire est de 9%. Elle est, dans les départements traversés par un réseau à grand gabarit, de 10 à 30% en tonnes-km pour le mode fluvial. Il existe donc un important potentiel de développement de ces deux modes en Hauts-de-France, sachant qu’un train de fret évite 40 poids lourds sur les routes.

Catégorie d'affichage

Retour