Norlink : Faire des Hauts-de-France le hub portuaire et logistique de l’Europe du Nord

La Fédération Norlink veut faire des Hauts-de-France le ‘hub’ portuaire et logistique de premier plan en Europe du Nord-Ouest. Regroupant près de 300 acteurs, elle souhaite proposer toujours plus de services aux chargeurs, notamment en proposant de nouveaux services de transport massifiés, sur de la longue distance
 

"Aujourd’hui, nous devons passer à la vitesse supérieure", a résumé Philippe Hourdain, président de la Fédération Norlink, qui regroupe Norlink Ports, Norlink Ferroviaire (ex-2A2F), Norlink Fluvial (ex-Consortium Fluvial), Norlink Plaisance et Euralogistic. "Avec déjà près de 300 acteurs entrés dans ce réseau, nous devons encore plus développer les services rendus aux adhérents, tout en étant plus stratèges sur la vision du développement de notre région : nous souhaitons faire des Hauts-de-France un hub portuaire et logistique de premier plan pour les années à venir".
 

Pour François Lavallée, président de la CCI Littoral Hauts-de-France, la Fédération Norlink a su traverser trois crises, à savoir les gilets jaunes, la Covid-19 et le Brexit, grâce au travail entre tous les acteurs de la logistique.

"Nous devons poursuivre cet effort afin de faire en sorte que les marchandises passent toujours le plus rapidement possible, en proposant un large éventail de solutions. Nous avons notre place, entre les ports réunis d’Anvers et Zeebruge en Belgique et Haropa, qui regroupe Paris-Rouen-Le Havre".

Dans le cadre des nouvelles offres, Norlink a dévoilé une solution baptisée « SOS Multimodal », un outil d’accompagnement des entreprises vers la multimodalité, face aux problématiques d’explosion des coûts de transports maritimes, aux tensions logistiques d’approvisionnement à l’international sur certains produits et à l’intégration progressive des coûts environnementaux dans les transports.
 

Pour accompagner les entreprises dans la résilience des chaînes logistiques, la fédération Norlink lance un observatoire des transformations logistiques.

"Nous avons identifié les optimisations de chargement de marchandises possibles sur la région, afin de savoir comment regrouper les envois pour atteindre une taille critique, notamment vers l’international", a expliqué Michel Boudoussier, directeur général adjoint de Getlink (Eurotunnel) et président de Norlink Ferroviaire.

"Un gros travail a été effectué sur les futurs besoins en matière de transport ferroviaire", a poursuivi Michel Boudoussier. "La longue distance devrait connaître un fort développement dans les années à venir car elle apporte des réponses à la décarbonation de l’économie et à la pénurie de conducteurs routiers".

Le port de Calais est d’ailleurs le seul de France à être connecté à trois autoroutes ferroviaires. VIIA opère actuellement des lignes vers Le Boulou près de perpignan, vers Orbassano en Italie et vers Mâcon. Le terminal de Cargobeamer a été inauguré en juin dernier, proposant plusieurs destinations dont dernièrement Ashford, dans le Kent en Angleterre, pour du fret non accompagné. Un appel à manifestation d’intérêt est actuellement en cours pour relier Sète à Calais.
​​​​​​​

Pour Laurent Desprez, directeur du Pôle d’excellence Euralogistic, "ce covoiturage par le train est la solution verte d’aujourd’hui et demain pour mettre en place une green logistique : désormais, de grands industriels se regroupent pour imaginer de nouvelles lignes en fonction de leurs destinations communes".

Surtout dans une conjoncture où les entreprises ont réalisé l’extrême dépendance avec les pays lointains, souhaitant peut-être moins travailler en flux tendus et développer plus les circuits courts. Euralogistic a d’ailleurs été missionné par l’Europe pour identifier les bonnes pratiques de massification des flux vers la Grande-Bretagne et vers l’Orient.

Le futur du Canal Seine Nors va également jouer un rôle prépondérant dans le développement de l’hinterland de la région Hauts-de-France, à savoir la zone qu’il approvisionne ou dont il tire ses ressources. "Nous sommes une région ferroviaire, historiquement très bien maillée, héritage de notre histoire industrielle. Nous avons donc beaucoup d’atouts pour conquérir cet hinterland", a conclu Michel Boudoussier, directeur général adjoint de Getlink (Eurotunnel) et président de Norlink Ferroviaire.
​​​​​​​

Que de chemin parcouru donc depuis la naissance officielle de Norlink Ports en 2017 

La cheville ouvrière de la stratégie portuaire régionale réunissait à l’époque la CCI de région Hauts-de-France, le Grand Port Maritime de Dunkerque (Dunkerque-Port), la Société d’Exploitation des Ports du Détroit (SEPD) et le Syndicat Mixte Docks Seine Nord Europe-Escaut.

"Le travail de Norlink Ports a depuis convaincu les chargeurs, l’Etat, le conseil régional, qui nous accompagnent encore aujourd’hui", s’est réjoui Philippe Hourdain, président de la CCI Hauts-de-France et président de la Fédération Norlink, qui s’est depuis ouverte à l’ensemble des intervenants de la supply chain (des chargeurs aux logisticiens en passant par les opérateurs ferroviaires) ainsi que les ports de plaisance.

Catégorie d'affichage

Retour